Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Année de Grâce - Kim Liggett

 

Titre : L’Année de Grâce

Auteur(s) : Kim Liggett

Éditions : Casterman

 

Résumé

 

Personne ne parle de l'année de grâce. C'est interdit.

Nous aurions soi-disant le pouvoir d'attirer les hommes et de rendre les épouses folles de jalousie. Notre peau dégagerait l'essence pure de la jeune fille, de la femme en devenir. C'est pourquoi nous sommes bannies l'année de nos seize ans : notre magie doit se dissiper dans la nature afin que nous puissions réintégrer la communauté.

Pourtant, je ne me sens pas magique.

Ni puissante.

Un an d'exil en forêt.

Un an d'épreuves.

On ne revient pas indemne de l'année de grâce.

Si on en revient.

 

Ma Chronique

Note : 3/5

Je suis mitigée

La magie est bien réelle. Peut-être pas de la manière dont certains l'entendent, mais il suffit d'ouvrir nos yeux et notre coeur pour la sentir partout, autour de nous et en nous. Elle attend juste que nous la découvrions.

J’étais vraiment super impatiente de découvrir le roman de Kim Liggett. Il faut dire que Casterman sait aisément y faire lorsqu’il s’agit de donner envie aux lecteurs de se procurer une de leurs nouveautés et « L’année de grâce » n’a pas fait exception. Le résumé nous promettait une histoire trépidante et que dire au sujet de la couverture si ce n’est qu’elle est tout simplement sublime. En bref, il ne m’aura pas fallu bien longtemps avant de me décider à me plonger dans cette troublante histoire…

 

Dans « L’année de grâce », nous suivons une jeune fille de 16 ans, Tierny, dont la vie s’apprête à prendre un tournant décisif. En effet, dans le monde de Tierny, toutes les jeunes filles qui atteignent l’âge de 16 ans se voient contraintes de participer à la cérémonie du Voile. Une cérémonie aussi avantageuse qu’injuste pour les jeunes femmes qui sont choisies, ou non, comme épouses par les hommes de la communauté. Suite à ça, elles partent toutes un an loin de la communauté, afin de se débarrasser de leurs péchés et de se purifier. Pour les hommes, cela paraît simple et justifié, mais Tierny, qui ne veut pas se soumettre au rôle d’épouse, voit cette épreuve d’un très mauvais oeil…

 

Quand j’ai commencé ma lecture, j’avais réellement hâte de m’immerger dans cette histoire. L’année de grâce nous était décrit comme LE roman féministe de l’année et étant moi-même une fervente défenseuse des droits des femmes, ce roman n’avait pas le droit à l’erreur. Dès les premières pages, on découvre un univers relativement dur et injuste pour les femmes. Celles-ci ne sont bonnes qu’à tenir leurs rôles d’épouse et de mère. Elles n’ont pas le droit de se réunir, de dire leur façon de penser, de choisir la vie qu’elles veulent mener et bien sûr, aucune possibilité de pouvoir choisir l’homme avec qui elles vont faire leur vie. Autant vous dire que la gent masculine n’est pas vraiment très bien vue dans ce récit. Les comportements de certains personnages masculins sont tout simplement abjects et c’est encore plus déroutant quand on pense que la fiction dépasse parfois la réalité.

 

Dans l’ensemble, L’année de grâce avait tout pour me faire passer un excellent moment. La thématique était pertinente et intéressante, l’épreuve de l’année de grâce avait de quoi être captivante, mais pour diverses raisons je ressors tout de même de cette lecture frustrée et un peu déçue. Avec un roman qui se déroule dans ce genre de contexte, je m’attendais à ce que le rythme du récit soit un peu plus soutenu. Or, le début de l’histoire peine à démarrer et il faut bien attendre de passer la première partie du livre pour que ça démarre.

Tant de cruauté envers les filles. Que nous les mettions sur un piédestal pour mieux les broyer, ou que nous les exploitions corps et âme, nous sommes tous complices. Mais chaque petit geste compte, et je veux croire que de cette destruction naîtra quelque chose de bon.

Une fois que l’on entre dans le vif du sujet, on découvre enfin le concept de la mystérieuse année de grâce. Là encore, je ne m’attendais pas du tout à ça. Je pensais découvrir une épreuve façon Hunger Games, mais j’ai très vite déchanté… Alors bien sûr qu’être éloigné aussi longtemps de sa famille avec en plus la menace des braconniers c’est déjà une épreuve en soi, cependant, je n’ai pas non plus trouvé que la raison principale à cette année de grâce était aussi spectaculaire qu’on nous le promettait. C’était l’un des plus importants éléments de l’histoire et pourtant, il n’a pas été assez développé. On passe le plus clair de notre lecture à être témoins des chamailleries incessantes des jeunes filles et c’est vraiment fatigant à la longue.

 

Ensuite, parlons des fameux braconniers. Ici aussi, le sujet n’a, pour ma part, pas assez été exploité. Au final, on découvre très peu de chose sur leur compte. Je pensais que l’héroïne ferait tôt ou tard leur rencontre par le biais du mystérieux Ryker, mais pas du tout… Il y avait tellement de choses à dire sur eux ! Finalement, j’ai eu la sensation d’être passée à côté et qu’ils étaient surtout là pour meubler. Un grand nombre de mes questions sont restées malheureusement sans réponses…

 

Concernant l’héroïne, Tierny est une jeune fille que l’on pourrait qualifier de forte et courageuse. Un peu rebelle et garçon manqué sur les bords, Tierny est le genre d’héroïne que le lecteur recherche dans ce genre d’histoire. Malheureusement, je ne me suis pas autant attachée à son personnage que je l’aurais voulu. Je l’ai trouvé fade, un peu trop similaire aux nombreuses héroïnes que l’on a déjà pu rencontrer dans d’autres romans de ce genre.

 

Globalement, L’année de grâce est un roman agréable mais qui ne possède rien de bien extraordinaire, pour ma part en tout cas. Le récit est construit d’une façon qui n’est pas tellement différente des autres romans que j’ai pu lire par le passé. J’avais énormément d’attentes, mais peut-être que j’en avais beaucoup trop… Un tas de choses auraient mérité d’être davantage approfondi, mieux travaillé. La fin est quant à elle frustrante puisqu’elle laisse une porte de sortie. Je pensais qu’une rébellion éclaterait après le retour de Tierny et de ses comparses au sein de la communauté, mais rien ne se passe. On sent que quelque chose se prépare, qu’une certaine résistance s’organise, cependant il est encore beaucoup trop tôt pour que les femmes prennent le pouvoir… D’où mon sentiment de frustration vis-à-vis de ce roman…

 

En conclusion, L’année de Grâce est bon roman, avec des thèmes forts et un concept intéressant. Malgré tout, je  déplore le manque de développement de certains points du récit. J’ai terminé ma lecture avec la sensation d’être restée sur ma faim et de ne pas avoir eu toutes les clés de l’histoire. Je suis certaine que L’année de grâce saura être une lecture agréable voire un coup de coeur pour certain d’entre vous, même si pour ma part, je n’ai pas été entièrement satisfaite.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Buckette - La bibli d'Amélie 01/11/2020 09:24

Bon, déjà c'est un one-shot. Je me demandais si ça serait une trilogie ou non. Ensuite, c'est vraiment dommage que tu n'aies pas aimé. Je ne l'ai pas encore lu mais à la simple lecture du synopsis, j'en attendais comme toi, et il semble que les chamailleries prennent toute la place ? Ou une grande partie ? Déçue d'avance, comme tu dis, y'avait du potentiel... Ce ne sera pas un achat, mais un emprunt du coup.