Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Showstealer (Showstopper, Tome 2) - Hayley Barker

 

Titre : Showstealer, Tome 2

Saga : Showstopper

Auteur : Hayley Barker

Éditions : Bayard Jeunesse

 

Résumé

 

Ben, Hoshiko, Greta et Jack sont en fuite depuis qu'ils ont détruit le Cirque de Silvio Sabatini. Lorsqu'ils sont finalement rattrapés, Ben se sacrifie afin de les sauver. Retombé entre les mains de Vivian Baine, sa redoutable mère, il est livré en pâture au nouveau Cirque de l'horreur, qui va bientôt rouvrir. Alors que Ben tente de tenir bon, Hoshiko et le reste du groupe se retrouvent aux prises avec Kadir, le chef autoproclamé du Ghetto, un quartier violent et misérable où survivent les Bâtards et où eux-mêmes ont trouvé refuge. Car si Kadir s'oppose à Vivian Baines, il est prêt à tout, y compris au pire, pour arriver ses fins. Désormais seule, Hoshiko sait que pour sauver Ben, elle devra retourner au Cirque et le libérer elle-même. Ou mourir avec lui.

 

Ma Chronique

Note : 4/5

J’ai aimé

 

Avec un premier tome aussi époustouflant que sanglant, il était certain que je n'allais pas attendre longtemps avant de me jeter sur Showstealer. J’ai été ravie de retrouver l’ambiance macabre et addictive du Cirque de l’horreur. Même si ce second tome est légèrement en dessous du précédent, il reste tout de même très bon et j'ai passé un excellent moment de lecture.

 

On retrouve Hoshiko, Ben, Greta et Jack un an après les évènements de la fin du premier volet. Désormais en cavale et recherchés activement par la police, les compagnons d’infortune tentent tant bien que mal de survivre et d’échapper à l’abominable Vivian Blaine. Depuis la chute du Cirque, la colère gronde dans les ghettos et une bonne partie de la population des Purs commence au fur et à mesure à ouvrir les yeux sur la condition des Bâtards. Tout semble vouloir rentrer dans l’ordre et une once d’espoir naît pour ces derniers. Malheureusement, la reconstruction d’un nouveau Cirque, bien plus attractif et plus sinistre que le précédent, pourrait encore donner du fil à retordre à Hoshiko et ses amis… et leur coûter une fois de plus la vie.

 

Quand j’ai débuté ma lecture, je m’attendais à retrouver les héros le lendemain de la destruction du Cirque. Pourtant, c’est bien avec un bond d’un an que nous retrouvons les personnages. Au début, cela ne m’avait pas dérangée outre mesure, mais plus j’avançais dans l'histoire et plus je ressentais une petite gêne. En effet, après quelques chapitres, j’ai commencé à me sentir frustrée de ne pas avoir pu les suivre dès le début de leur fuite.

 

Bien que l’auteure revienne sur des moments de l’année écoulée, on se rend tout de même compte qu’un grand nombre d’évènements se sont passés entre la fin du premier volet et le début du second. Des événements importants qui marquent un tournant décisif pour l’avenir des Bâtards. J’ai trouvé cela vraiment dommage, en tant que lecteur, de ne pas avoir eu l’occasion d’assister à ces bouleversements qui ont ébranlé le pays. De même que le début, la fin est pour ma part, trop rapide et un peu bâclée. L’épilogue est un bond de six mois, et là encore, énormément de choses se sont déroulées entre la fin et cet épilogue.

 

Concernant le rythme du récit, il est resté fidèle à celui du premier opus. Le suspens monte tout doucement pour finir pas devenir insoutenable. Les chapitres se font toujours par une alternance des points de vue d’Hoshiko et de Ben, ils sont relativement courts et rendent le récit très fluide. Cette alternance nous permet de connaître les dernières informations du ghetto par le biais d’Hoshi et de savoir ce qui se passe au coeur du nouveau Cirque par le biais de Ben puisque ce dernier y est détenu. L’intrigue principale nous tient en haleine tout au long du roman et provoque un véritable ascenseur émotionnel.

 

Pour ce qui est du Cirque, les atrocités que subissent les Bâtards sont toujours aussi cruelles et horribles. Tout a été pensé et fait pour offrir aux visiteurs l’envie de revenir. Le propriétaire du nouveau Cirque de l’horreur n’a vraiment pas lésiné avec les moyens et bien que ce soit effroyable, l’ingéniosité dont il a fait preuve pour amuser et attirer les Purs est spectaculaire. Cependant, si dans le premier tome certaines scènes étaient parfois insoutenables, c’est légèrement différent dans celui-ci. Certes, certains passages restent quand même désagréables, mais un peu moins que dans Showstopper.

 

Pour ce qui est des personnages, rien n’a vraiment changé. Hoshiko est toujours autant courageuse, forte et se bat pour protéger les personnes qu’elle aime. On la sent davantage adulte, plus mâture, quoiqu’elle l’était déjà pas mal dans le tome précédent. Pour Hoshiko, ce second volet sera synonyme de décisions et d’épreuves difficiles. J’aime énormément son personnage et la tendresse ainsi que l’amour qu’elle porte à ses amis. Cela la rend bien plus humaine et moins froide.

 

Ben, quant à lui, a enfin trouvé sa place chez les Bâtards et particulièrement aux côtés d’Hoshiko. Il a tourné le dos à sa mère et ne se considère plus comme un Pur. Ben est vraiment une personne adorable, altruiste, bienveillante et n’hésite pas à se sacrifier pour les personnes qui comptent le plus pour lui, même si ce sacrifice doit lui coûter la vie. Les épreuves qu’il a endurées dans Showstopper ont laissé des traces indélébiles qui ne s’effaceront peut-être pas et qui l’ont changé à jamais. Malgré tout, Ben essaye en permanence de voir le bon côté des choses et garde espoir.

 

Pour finir, la romance entre Hoshiko et Ben est comme dans Showstopper présente mais pas trop. Étant donné qu’ils se retrouvent séparés dès le début du livre, l’intrigue n’est pas tellement centrée sur leur relation, bien que l’on s’aperçoive de l’importance des sentiments qu’ils ressentent l’un pour l’autre. Pourtant, même si l’intrigue ne porte pas principalement sur cette romance, c’est tout de même celle-ci qui va pousser Hoshiko à revenir au Cirque et sauver Ben. Ils nous offrent une romance douce, sincère et très touchante. J’ai beaucoup aimé suivre l’évolution de leurs sentiments.

 

En conclusion, Showstealer est une superbe conclusion pour cette duologie qui s’est avérée être aussi captivante que perturbante. La plume d’Hayley Barker m’a une fois de plus transportée et je ne regrette pas de m’être plongée dans l’univers horrifique du Cirque. Ce n’est peut-être pas entièrement la suite que j’espérais, mais elle reste à la hauteur du précédent volet. Si vous ne la connaissez pas, je ne peux que vous recommander cette histoire qui vous ne laissera en aucun cas indemne.

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article